Chambéry : les mobilités douces ou électriques pour désengorger le centre-ville ?

Chambéry, heure de pointe. La file de véhicules s’allonge aux abords du centre-ville. Cette réalité bien connue est le reflet d’un fait : aujourd’hui encore, et même si la situation tend progressivement à s’améliorer, la voiture est le mode de transport privilégié pour les déplacements en territoires urbains.

Pourtant, les alternatives plus éco-friendly, et par ailleurs plus pratiques, sont multiples, et de nombreuses villes, à l’instar de Chambéry, cherchent activement à les promouvoir. Objectif : désengorger le centre-ville grâce à une gestion multimodale et intelligente des déplacements, afin de gagner en fluidité, de réduire l’indice de congestion et, surtout, d’améliorer durablement la qualité de l’air.

 

1. De vrais enjeux écologiques et sanitaires.

Pour comprendre les enjeux, il suffit de jeter un œil aux chiffres en matière de circulation, d’environnement et de santé. Les données parlent d’elles-mêmes et permettent de mieux comprendre les défis, mais aussi les opportunités, qui se présentent à nous. À commencer par ce chiffre : dans une ville de taille intermédiaire, comme Chambéry, il est estimé qu’un automobiliste perd en moyenne 75 heures par an dans les embouteillages.

Au-delà de la perte de temps résulte une problématique de fond sur le plan sanitaire : à l’heure actuelle, les experts estiment en effet qu’un décès sur cinq est lié à la pollution de l’air. D’après une étude de Santé Publique France, la pollution atmosphérique constitue même la deuxième cause de mortalité évitable en France, derrière le tabac. Agir est ainsi une véritable nécessité, d’autant plus que réorienter notre manière de nous déplacer peut également contribuer à nous faire sortir d’une sédentarité néfaste pour la santé.

 

 

La problématique est donc multi-facettes. Mais des solutions concrètes et faciles à appliquer existent, et sont de plus en plus plébiscitées par les citoyens, notamment depuis le confinement, source de remise en question de notre quotidien. Dans les grandes et moyennes agglomérations de France, deux tiers des habitants sont même favorables à la réduction de la place de la voiture dans les centres-villes. Seulement, pour que cette envie collective se traduise en fait réel, les élus doivent continuer à faire leur part du travail.

 

2. Pérenniser et développer les pistes cyclables à Chambéry.

Car, comment procéder pour convaincre les particuliers et les entreprises de changer leurs habitudes ? Comment les amener progressivement à adopter le scooter électrique, le vélo ou la trottinette pour leurs déplacements du quotidien ? Ce sont les questions sur lesquelles travaillent désormais de plus en plus de municipalités, avec de premiers actes forts. Parmi les leviers enclenchés : le développement d’un réseau cyclable sécurisé, notamment avec la pérennisation des voies crées à l’occasion du premier confinement.

Nous savons en effet, et la ville de Gand en Belgique l’a parfaitement démontré, que modifier son plan de circulation pour faire la place belle au vélo peut permettre de réduire, en l’espace de trois ans, l’usage de la voiture en ville de presque 10%, et jusqu’à 12% aux heures de pointe. Un exemple concret que regardent avec attention de plus en plus d’élus français, à l’heure où les principaux freins à l’usage du vélo au quotidien ont été parfaitement identifiés par l’Observatoire de la mobilité : risque d’accident, distances trop longues, météorologie et relief des parcours.

Les trois derniers freins sont à contrer par une intensification du vélo à assistance électrique et du scooter grâce à des fabricants innovants, comme le sont Gitane,Peugeot Motocycles ou T-Bird. Le but : permettre à tous de troquer la voiture contre le deux-roues pour des trajets réguliers, et notamment pour ceux supérieurs à 4km, qui posent davantage problème. Mais quid de la sécurité ?

 

 

 

3. Sécuriser la pratique du vélo en centre-ville.

En effet, c’est bien l’un des principaux freins à l’utilisation du vélo en zone urbaine. D’après une étude menée par le Club des villes et territoires cyclables, il s’agirait d’une crainte majeure pour 51% des habitants de ville moyenne. C’est donc dans cette optique que des agglomérations de nos territoires, comme Grand Chambéry, ont décidé d’encourager la pratique du vélo, notamment dans le cadre des déplacements domicile-travail.

Dans cette lignée, au cours des derniers mois, plusieurs aménagements cyclables, au départ temporaires, ont été pérennisés, afin de favoriser une pratique plus sécurisée du deux-roues à Chambéry. Parmi les pistes concernées : la rue Favre, le Faubourg Maché, le quai Antoine Borrel, ainsi que plusieurs lieux à La Motte-Servolex, à Challes-les-Eaux et à La Ravoire. L’agglomération dispose désormais de près de 100km de réseau cyclable aménagé.

 

4. Chambéry, une ville qui prône le vélo.

Conséquence directe : les mobilités douces se démocratisent et deviennent de plus en plus plébiscitées par la population. Selon le résultat d’une enquête de l’Insee, la ville de Chambéry est même désormais placée au 12e rang des villes françaises de plus de 50 000 habitants pour la pratique du vélo dans le cadre des déplacements domicile-travail. Selon l’étude, la part du vélo pour ces déplacements est en hausse constante et atteint aujourd’hui 7,1% dans la capitale savoyarde.

Quand on sait qu’un automobiliste qui se convertit au vélo pour se rendre au travail réduit son empreinte carbone de 700 kg par an, l’impact environnemental et sanitaire d’une telle politique n’est plus à démontrer. Au-delà de désengorger le centre-ville, et par nature d’accroître son attractivité par un cadre de vie plus agréable, cette approche permet ainsi de traduire une opportunité en changement concret et durable des habitudes de déplacement, pour le bien de tous.

 


 

5. Magasins de cycles et de scooters : des acteurs de la transition ?

Mais bien entendu, si les municipalités sont des acteurs clés de la transition, ils n’en demeurent pas moins que nous aussi. En tant que vendeurs de cycles et de scooters, nous avons notre rôle à jouer. Comment ? En apportant des réponses adaptées à chaque besoin, notamment grâce à des solutions de mobilité douce ou électrique. Notre mission : apporter des alternatives crédibles et abordables à la voiture, afin de permettre à chacun de se déplacer facilement, de mieux vivre la ville et de réduire son empreinte carbone.

C’est ce que nous nous efforçons à faire depuis notre magasin situé dans le centre-ville de Chambéry. Au quotidien, notre équipe conseille effectivement les particuliers et les professionnels pour les aider à choisir ou à réparer votre deux-roues : vélos, trottinettes électriques, scooters, motos électriques. C’est d’ailleurs dans cette optique que nous contribuons également, à notre niveau, à l’expansion de concept comme celui de Zenride, notre partenaire qui favorise la location longue durée de vélos de fonction.

Ensemble, depuis Chambéry, contribuons à créer la ville de demain !

Tous les articles.

À propos de nous.

Notre magasin à Chambéry.

CMobilités, marchand de cycles et concessionnaire scooters à Chambéry, est spécialisé dans la vente et la réparation de scooters, vélos, motos et trottinettes urbaines et principalement électriques. Au quotidien, nous vous conseillons pour trouver le modèle le plus adapté à vos trajets du quotidien.

Spécialiste de la mobilité urbaine en Savoie.

CMobilités est l’expert des nouvelles formes de mobilité en Savoie. Notre objectif : vous aider à trouver et à adopter des alternatives crédibles à la voiture, afin de circuler plus facilement en ville, notamment dans le cadre des trajets domicile-travail. Scooters, vélos et trottinettes à assistance électrique sont autant de moyens de se déplacer en réduisant son empreinte carbone, le tout sans rester bloquer pendant des heures dans les bouchons, très présents aux heures de pointe dans les agglomérations de Chambéry et d’Aix-Les-Bains. Bien entendu, nos mécaniciens restent à votre disposition pour répondre à l’ensemble de vos questions.